Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 18:09

De manière assez surprenante en vérité, le référendum revient actuellement en grâce à l'occasion de l'élection présidentielle. En effet, Nicolas Sarkozy a annoncé vouloir consulter les Français sur deux sujets : la formation des chômeurs et le droit des étrangers.

 

Comme beaucoup j'ai bien évidemment été plus qu'interloqué, à double titre, par cette annonce. Tout d'abord, il apparaît que ces sujets sont plutôt mineurs au vu de la situation économique. Et de plus, je ne crois pas que ces éléments doivent relever d'une décision du peuple. Ensuite, je n'oublie d'où vient cette proposition de référendum, qui ne s'avère finalement être qu'un leurre. Car je vous rappelle que c'est le même Nicolas Sarkozy qui est passé outre le Non des Français en 2005 et qui refuse de soumettre les nouveaux traités européens à l'approbation populaire.

 

Il est alors plus qu'étrange de vouloir consulter la population sur des sujets insignifiants de politique intérieure et de ne pas le faire pour des problématiques internationales qui engagent le pays pour l'avenir. On ne peut alors que sérieusement douter de la sincérité de la démarche de la part d'un homme qui n'a que peu de considération pour la démocratie directe.

 

Mais Nicolas Sarkozy n'est pas le seul à vouloir recourir au scrutin référendaire. Ainsi, François Bayrou a lui aussi exprimé une telle volonté. Effectivement, le président du Modem a récemment indiqué vouloir soumettre aux Français un projet de moralisation de la vie publique (interdiction du cumul des mandats, reconnaissance du vote blanc …). Si le référendum est ici davantage approprié dans la mesure où cela concerne les institutions, je ne crois pas, là encore, que la démarche soit sincère. En effet, on peut considérer que Bayrou se sert du référendum pour court-circuiter le Parlement. Or cela va, d'une certaine manière, à l'encontre de l'objectif voulu. De plus, l'accession au pouvoir du centriste signifierait une certaine adhésion à son programme qui n'aurait alors pas besoin d'être à nouveau approuvé. Je rejoins alors François Hollande, au moins partiellement quand il nous explique que le prochain référendum sera l'élection présidentielle.

 

Alors même que le recours au référendum a été plus que limité ces dernières années, accentué en cela par la suppression sous Nicolas Sarkozy de la consultation obligatoire pour les questions européennes, je crains que l'on se dirige vers une inflation référendaire contre-productive. Et c'est malheureusement la tendance qui semble se dessiner.

 

Fervent défenseur de la souveraineté populaire, je ne peux qu'être un partisan du référendum. Pour autant, je crois que celui-ci doit être utilisé à bon scient et avec parcimonie afin de ne pas le dévoyer. Donc oui au référendum mais seulement sur les sujets qui engagent vraiment le pays (institutions, politique étrangère, questions de société ...).

Partager cet article
Repost0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 17:37

Il y a quelques jours maintenant, une enquête du cabinet Proxinvest sur les salaires des dirigeants du CAC40 est parue. Que nous apprend-elle ? Tout simplement que la rémunération de ces grands patrons a cru, en moyenne, de 34 % en 2010. Pour avoir un ordre d'idée, Jean-Paul Agon (L'Oréal) a touché 10,7 millions d'euros, Carlos Ghosn (Renault) 9,7 millions d'euros et Franck Riboud (Danone) 7,7 millions d'euros.

 

Cela étant, où est le problème me direz-vous ? Certes il n'est pas anormal de gagner beaucoup d'argent, en particulier en cas de grosses responsabilités. De plus, ces rémunérations n'ont pas été volées puisqu'elles ont été validées par un conseil d'administration. Malgré tout, je crois que cette étude pose au moins trois questions.

 

La première concerne le niveau même des rémunérations. En effet, j'ai beaucoup de mal à comprendre ce qui justifie de tels émoluments. D'importantes responsabilités ? D'accord. Un gros volume de travail ? Certainement. Mais tout de même, on parle là de plusieurs millions d'euros par an. A titre de comparaison, le SMIC annuel brut est de seulement 16 780 euros.

 

La seconde a trait aux stratégies menées par ces dirigeants ainsi qu'aux performances de leurs entreprises respectives. Il apparaît clairement que les multinationales françaises ont sciemment opté pour une politique de délocalisations dans une logique de réduction massive des coûts, notamment salariaux. En somme, ces personnes, qui sont en fait des mercenaires de type "cost killer", sont grassement rémunérées dans un seul et unique but : satisfaire l'avidité des actionnaires. L'emploi et la cohésion sociale font alors pâles figures face à la rentabilité et le profit.

 

La troisième est relative à l'équité et la justice sociale. Car au-delà de leur exorbitante rémunération, il ne faut pas oublier que ces grands patrons ne payent que peu d'impôts, en raison du jeu des différentes niches ou pire grâce à l'évasion fiscale.

 

Pour résumer, on se trouve actuellement dans une situation où des grands patrons payés à coup de millions d'euros œuvrent aux dépens de leur entreprise pour créer chômage et précarité en France. Et tout cela bien évidemment avec la complicité plus ou moins active de la caste politique au pouvoir.

 

Rendez-vous bien compte des aberrations auxquelles on assiste. Et en cela l'exemple de Renault est parfait. Récemment, le constructeur automobile a inauguré une usine au Maroc, où les salaires sont nettement moins élevés, dans le but de produire des véhicules destinés au marché européen. Sous prétexte de faire des économies et donc de favoriser les actionnaires, Renault, entreprise française dont l'Etat possède 15 %, encourage le dumping social et la concurrence entre les peuples.

Mais ne peut-on pas se demander alors s'il serait préférable de fabriquer des voitures dans le pays de destination ? Carlos Ghosn ne pourrait-il pas renoncer à une partie de sa rémunération pour créer des emplois en France ? Ou mieux, ne peut-on pas délocaliser le poste de PDG dans un pays low-cost afin d'avoir un patron qui coûte moins cher ?

 

Plus sérieusement, avec de tels comportements, je crois qu'il ne faut pas s'étonner que le patronat soit si peu considéré, voire même détesté, par une large majorité de Français. Si ceux-ci souhaitent alimenter encore un peu plus la lutte des classes alors il faut continuer en ce sens.

Il faut toutefois faire la part des choses, je crois, entre petits entrepreneurs dans les TPE et PME et grands patrons de sociétés cotées. De fait, l'amalgame ne me semble pas possible, ni souhaitable, entre les premiers qui créent de l'emploi et de la richesse dans notre pays et les seconds qui ne sont que des suppôts de la finance au service du grand capital.

 

C'est donc envers cette dernière catégorie qu'il faut prendre des mesures coercitives. Cela passe notamment par la mise en place d'un salaire maximal dans les entreprises, l'instauration d'un écart réglementé entre le salaire le plus faible et celui le plus élevé ou encore la création de tranches d'impôt sur le revenu supplémentaires.

 

Car ce n'est que par plus d'équité et de justice sociale que nous recréerons la cohésion nécessaire pour redresser notre pays. C'est par le retour d'un interventionnisme économique de l'Etat que nous pourrons retrouver emploi, croissance et prospérité.

Partager cet article
Repost0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 18:30

Sans grande surprise, le Conseil constitutionnel a débouté hier Marine Le Pen, rejetant ainsi sa demande de ne pas publier les parrainages des maires. A mon sens, il s'agit là d'une bonne décision dans la mesure où je crois que la question de l'accès à l'élection présidentielle mérite d'être débattue publiquement. Aussi, un avis favorable du Conseil constitutionnel à deux mois du scrutin n'aurait fait qu'envenimer les choses.

 

A l'heure actuelle, et au moins jusqu'à la prochaine échéance présidentielle, tout candidat voulant se présenter doit recueillir au moins 500 parrainages de la part d'un collège d'élus (maires, députés, sénateurs ...) dont 500 seront tirés au sort et publiés au Journal Officiel.

 

Et c'est bien cette publication qui semble poser problème aujourd'hui. En effet, certains maires rechignent à parrainer un candidat, notamment les plus petits, car ils ont peur des représailles éventuelles de la part de leurs administrés et/ou des grands partis en place. De plus, ceux-ci envisagent le parrainage comme un acte de soutien politique alors même qu'il ne s'agit, initialement, que d'une formalité purement administrative.

 

Si l'on remonte quelque peu dans le passé, il apparait que ce système a été mis en place par le général de Gaulle afin d'éviter les candidatures fantaisistes. A l'origine, le filtre était de 100 signatures avant que Valéry Giscard d'Estaing le relève à 300/500 en 1976 et n'impose leur publication.

 

Clairement il me semble nécessaire qu'il existe une forme de filtrage des candidats afin de se prémunir d'une multiplication à outrance des candidatures farfelues. Pour autant, celui-ci ne doit pas non plus être trop strict afin de permettre l'expression du pluralisme politique. Or on peut remarquer que le système actuel a été dévoyé n'est donc plus vraiment adapté à la situation.

 

Une réforme paraît donc nécessaire et souhaitable afin de revenir à l'esprit originel du dispositif. Mais cela devra se faire dans un contexte apaisé donc hors période électorale afin d'éviter les luttes partisanes.

Pour le moment, deux solutions ont été avancées. La première étant de garantir l'anonymat des parrainages et la seconde consistant à donner la possibilité de parrainer deux candidats tout en maintenant la publication au journal officiel.

 

A mon sens, les deux propositions se défendent et permettront, je pense, de résoudre la difficulté actuelle. Il apparaît cependant que celles-ci n'agissent pas au même niveau puisque la première vise à augmenter le nombre de parrains alors que la seconde permet d'accroître la quantité de parrainages.

 

S'agissant de la question de l'anonymat en particulier, je dois reconnaître que je suis plutôt partagé. En effet, certains justifient cette mesure en invoquant le fait que le vote est secret, ce qui est tout à fait vrai. Mais le parrainage n'est pas un vote ni un soutien même si certains l'appréhendent comme tel. De plus, je crois que cette modification irait à l'encontre de la volonté de transparence de la vie publique.

 

Parallèlement à ces deux solutions qui ne sont en réalité qu'une évolution du mécanisme actuel, il pourrait être envisagé de faire appel aux Français dans le cadre d'un parrainage citoyen. Ainsi, un candidat devrait alors recueillir la signature d'un nombre préalablement défini de citoyens afin de se présenter.

 

Mais on pourrait également envisager de panacher les deux systèmes c'est-à-dire de conserver le dispositif en vigueur en lui adjoignant une part de parrainages citoyens. Concrètement, le candidat aura toujours besoin de 500 signatures qu'il pourra aller chercher auprès des grands électeurs comme c'est le cas actuellement mais également auprès des citoyens qui se verraient appliquer un ratio (par exemple, 1 parrainage pour 1000 signatures).

 

Pour moi il n'existe pas de solution miracle. Voila pourquoi il me semble nécessaire d'organiser un grand débat public sur ce sujet, associant à la fois la société civile et les forces politiques. 

Partager cet article
Repost0
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 18:12

L’harmonisation doit se faire dans le sens du progrès social, dans le sens du relèvement parallèle des avantages sociaux et non pas au profit des pays les plus conservateurs et au détriment des pays socialement les plus avancés.

En quelque sorte, l’autorité internationale va avoir le droit de légiférer d’une manière autoritaire à laquelle nous ne pourrons pas échapper et de prendre des décisions qui primeront celles du gouvernement et même celles du Parlement. Ce sera une loi supérieure à la loi française qui s’imposera à nous.

 

Qui peut bien être l'auteur de ces déclarations ? Jean-Luc Mélenchon ? Jean-Pierre Chevènement ? Nicolas Dupont-Aignan ?

Et surtout en quelle année ? En 2005 à l'occasion du référendum ? En 2007 durant la campagne présidentielle ? En 2008 lors de la ratification du traité de Lisbonne par le Parlement ?

 

Et bien non. Ces propos ont été tenus par Pierre Mendès France le 19 janvier 1957 dans le cadre des débats sur le traité de Rome. Or on constate que 55 ans plus tard, malheureusement, ce discours est toujours d'actualité, particulièrement en cette période de crise européenne.

 

Comme beaucoup qui n'ont pas été écoutés ni entendus, Pierre Mendès France avait raison avant les autres. En effet, il apparait clairement, comme celui-ci le pressentait, que l'harmonisation s'est faite au détriment des pays socialement les plus avancés. Pire, l'exemple de la Grèce montre bien que l'europe n'a aucun scrupule à sacrifier le progrès social sur l'autel de la finance.

 

Mais cela ne parait pas suffisant pour les technocrates européens qui souhaitent toujours plus de sacrifices de la part des peuples pour sauver les banques et le système financier. Dans cet objectif, de nouveaux traités vont voir le jour, asservissant un peu plus les Etats au profit d'instances supranationales.

 

C'est notamment le cas du MES (Mécanisme Européen de Stabilité) qui va être examiné aujourd'hui à l'Assemblée nationale. Pour résumer, le MES, qui prendra la suite du FESF (Fonds Européen de Stabilité Financière) est un organe indépendant du pouvoir politique qui vise à assurer la stabilité de la zone euro. Pour ce faire, il s'appuiera sur un capital garanti par les Etats de l'UE (jusqu'à 142 milliards pour la France avec un transfert immédiat de 16,3 milliards).

 

Bien que l'on n'entende que peu parler de ce mécanisme dans les grands médias, il n'en reste pas moins que la contestation gronde sur le net. Trois griefs lui sont principalement reprochés. Tout d'abord, la part de contribution de chaque Etat, tant au niveau de son montant que de ses possibilités d'être ajustée à tout moment et sans refus possible. Ensuite, l'immunité dont jouît cet organe. Ainsi, celui-ci aura la pleine personnalité juridique et pourra donc agir en justice ou passer des contrats. Mais surtout, aucune action judiciaire ni opposition de quelque sorte que ce soit ne pourront être entreprises du fait de cette immunité. Enfin, le traité établissant le MES est intimement lié au Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance (TSCG) signé en janvier dernier. Effectivement, tout Etat souhaitant bénéficier du MES devra préalablement avoir ratifié le TSCG qui instaure notamment la règle d'or et renforce la discipline budgétaire.

En somme, et dans la plus grande discrétion, nos parlementaires s'apprêtent à voter pour un monstre anti-démocratique au possible qui met sous tutelle les Etats en toute impunité. Comme disait Mendès France, l’autorité internationale va avoir le droit de légiférer d’une manière autoritaire à laquelle nous ne pourrons pas échapper et de prendre des décisions qui primeront celles du gouvernement et même celles du Parlement.

 

Et c'est bien là tout le problème. Car il s'agit là d'un transfert immense de compétences vers un organe non-élu et illégitime qui ne rend des comptes à personne. Voilà pourquoi il me semble impératif que nos députés et sénateurs votent contre ce traité qui ôte à notre pays une grande partie de notre souveraineté.

 

Malheureusement, je n'ai pas de grandes illusions quant à un éventuel rejet. En effet, les parlementaires UMP voteront en faveur de celui-ci puisque porté par leur cher président, comme le feront probablement les centristes et François Bayrou, qui l'a inclus dans son projet présidentiel. Du côté de la gauche, seul le Front de Gauche semble prendre la direction d'un vote contre. En effet, les socialistes, qui ne sont plus à une contradiction près, préfèrent s'abstenir, uniquement en raison du lien avec le TSCG et non du fait de l'esprit même du traité. Comment alors croire François Hollande quand il nous explique qu'il ira renégocier des traités que son parti n'a même pas le courage de rejeter ?

 

Quoi qu'il en soit, et après la première trahison de 2008 avec le traité de Lisbonne, il semble que nos parlementaires, c'est-à-dire les représentants du peuple, se préparent une nouvelle fois à s'exprimer sur un sujet qui relève de la démocratie directe tant ses effets seront lourds de conséquences.

 

Tout récemment, Nicolas Sarkozy s'est posé en candidat du peuple contre les élites et a exprimé la volonté de redonner la parole aux Français. Plutôt que de consulter le peuple sur des sujets insignifiants, pourquoi ne pas alors passé des paroles aux actes en ratifiant les nouveaux traités européens par référendum ?

Partager cet article
Repost0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 18:24

Revenons quelques instants sur certains évènements de la semaine dernière.

 

- Un maire condamné pour avoir giflé un jeune qui l'insultait

Il est parfois des procès qui amènent à douter de la Justice de notre pays. L'affaire de ce pauvre maire est de ceux-là. En effet, il est tout de même aberrant que celui-ci ait été condamné à 1 000 euros d'amende avec sursis pour une simple gifle. Je ne souhaite bien évidemment pas cautionner la violence mais je crois qu'il est parfois nécessaire de savoir réaffirmer l'autorité. Et on ne peut que constater avec regret que cette nouvelle génération a de graves problèmes avec la discipline, en partie du à un important laxisme de la part des parents. Aujourd'hui, le respect de l'autorité est devenu l'exception alors qu'il devrait être la règle. Arrêtons donc de tout permettre à la jeunesse car ce n'est pas lui rendre service.

 

- Sarkozy candidat : rien de nouveau sous les tropiques

Mercredi soir, Nicolas Sarkozy s'est officiellement déclaré candidat à sa succession au 20h de TF1. Bien que sa candidature ne soit une surprise pour personne, cette annonce a le mérite de clarifier les choses et de lancer réellement la campagne électorale. En revanche, ce qui est plus surprenant ce sont les premières postures prises par le président. En effet, celui-ci s'est posé en candidat du peuple et même du Non. De plus, il a indiqué vouloir redonner la parole aux Français, notamment par le biais du référendum. 

Cela me semble tout à fait paradoxal et comique de la part d'un homme qui est aux affaires depuis 5 ans. Pire, c'est bien ce même Nicolas Sarkozy qui  est passé outre le Non des Français en 2005 et a fait adopté le traité de Lisbonne par le Parlement. On pouvait alors légitimement s'attendre à mieux de celui qui est considéré comme une bête de campagne. Car là il est clair que la ficelle est un peu grosse.

 

- Les médias écrivent au CSA pour assouplir l'égalité du temps de parole entre candidats

Alors que beaucoup de Français se lassent que la présidentielle soit réduite à un duel PS/UMP, il semblerait que les médias, eux, en redemandent. En effet, ceux-ci ont adressé une lettre au CSA afin d'obtenir un assouplissement de la règle de l'égalité de temps de parole. Pour rappel, il leur est fait obligation, durant la campagne présidentielle officielle, de veiller à l'égalité du temps de parole entre tous les candidats. Or il apparait que permettre à des petits candidats de s'exprimer autant que les autres seulement 5 semaines sur 365 soit déjà trop.

Clairement, je trouve qu'une telle requête est honteuse tant elle s'oppose à l'idée même de pluralisme politique et donc de démocratie. Je crois qu'il faut arrêter de promouvoir toujours les mêmes partis qui défendent les mêmes idées car cela conduit à priver le pays d'une réelle alternative et à favoriser un bipartisme malsain.

Partager cet article
Repost0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 19:16

Après avoir présenté son programme pour l'élection présidentielle au travers de 37 propositions, Nicolas Dupont-Aignan a dévoilé, mercredi dernier, le chiffrage de son projet.

 

Ce projet, visant notamment à relocaliser 1 million d'emplois, s'appuie sur quatre leviers principaux :

- la sortie de l'euro et le financement direct de l'Etat auprès de la Banque de France

- la mise en place de mesures protectionnistes

- le contrôle du système financier et sa réorientation vers l'économie réelle

- le soutien aux entreprises

 

Mais au-delà de ces grandes orientations, entrons un peu plus dans le détail des propositions, tout au moins celles qui me paraissent les plus significatives, comme je l'avais fait pour Dominique de Villepin.

 

- Retour aux savoirs fondamentaux dans l'enseignement et en particulier l'apprentissage du français

Il s'agit là d'un point très important pour moi tant la maîtrise de la langue conditionne la vie des individus. En effet, je crois que des lacunes dans ce domaine constituent un handicap majeur, en particulier au niveau professionnel. Il me semble donc impératif de tout mettre en œuvre pour que les élèves du primaire maîtrisent parfaitement la lecture, l'écriture et le calcul. Cela passe notamment, selon moi, par des effectifs réduits et des heures de soutien pour les enfants ayant le plus de difficulté.

 

- Sortie de l'euro et retour à l'euro-franc avec ratification par référendum

Je n'ai jamais vraiment été un fervent partisan de la sortie de l'euro et je préférerais une réorientation de sa gestion. Malheureusement, il faut être réaliste et constater que cela est visiblement impossible. Je me suis donc résolu à une telle chose dans la mesure où cela permettra à notre pays de recouvrer sa souveraineté monétaire.

 

- Mise en place d'écluses douanières pour mettre fin à la course au moins-disant social, salarial, fiscal et environnemental

Si certains abordent le sujet du bout des lèvres, Nicolas Dupont-Aignan a le mérite de mettre les pieds dans le plat en parlant clairement de protectionnismes, terme honni dans les médias.

Il est tout de même fou que l'Union Européenne soit la seule zone au monde à ne pas se protéger alors même que nos concurrents (Etats-Unis, Chine, Inde, Brésil ...) y recourent allégrement sans que cela ne semble déranger personne. Voila pourquoi il me semble plus que nécessaire de mettre en place des mesures protectionnistes afin d'endiguer la destruction de notre tissu industriel.

 

- Financement direct par le Banque de France

Cela fait maintenant plusieurs années que j'appelle de mes vœux une telle mesure. En effet, il me semble aberrant d'emprunter sur les marchés financiers à des taux usuraires alors même que cela pourrait être fait à des taux faibles voire nuls auprès des banques centrales.

Il est d'ailleurs troublant de constater que le montant de notre dette correspond peu ou prou à la somme cumulée des intérêts payés depuis 1973.

 

- Développement de l'actionnariat salarié et la présence des salariés dans les conseils d'administration

Ayant travaillé, dans le cadre de mes études, sur les SCOP (sociétés coopératives) je ne peux qu'abonder dans le sens de cette proposition. Il s'agit d'ailleurs là d'une notion chère au général de Gaulle qui n'a malheureusement pas eu la possibilité de la mettre en place.

 

- Réduction de moitié l'impôt sur les sociétés pour les PME qui réinvestissent en France et exonérer de cotisations sociales pendant 5 ans le recrutement dans les TPE d'un chômeur de longue durée

Initialement, je n'étais pas vraiment convaincu par cette mesure. En effet, je crois que la multiplication des exonérations fiscales octroyées aux entreprises a bien montré que leurs effets sur l'emploi étaient très limités.

Malgré tout, après réflexion, il s'avère que ces exonérations ciblent des entreprises particulières, en l'occurrence les PME et TPE, et sont conditionnées (recrutement ou investissement). Les plus grosses entreprises étant exclues du dispositif, je ne suis donc pas opposé à une telle mesure. En outre, il apparait que cela s'inscrit de manière cohérente dans la volonté de relocaliser l'emploi dans notre pays.

 

- Nationalisation et fusion d’EDF et GDF

Pour moi, les monopoles d'Etat ne sont en rien une hérésie. Je crois au contraire que ceux-ci sont nécessaires dans des secteurs stratégiques tels que l'énergie. Une reprise en main de la gestion de l'électricité, du gaz et même du pétrole me semble donc une bonne chose à la fois pour le pays mais aussi, et surtout, pour la population puisque les tarifs pourront ainsi être régulés.

 

- Refondation de l'UE sur la base d'un nouveau traité instaurant des agences de coopération européennes et supprimant "toutes les structures relevant de l’inspiration fédérale anti-démocratique (cour de justice, commission, BCE)"

Personne ne sera surpris si j'approuve complètement cette proposition. En effet, il serait paradoxal de ma part de la rejeter alors même que je critique régulièrement cette europe. Contrairement à d'autres, je ne crois pas qu'une sortie de l'UE soit bénéfique pour notre pays. En revanche, je suis convaincu que les nations doivent retrouver toutes leur place dans le processus européen. De même, la suppression de toutes ces instances supranationales permettra de gagner en efficacité en s'affranchissant de la lourdeur et de l'inertie de la bureaucratie mais également de réaliser de substantielles économies. Enfin, cela sera bien évidemment profitable à la démocratie.

 

- Réinstauration de prix minimum garantis dans l'agriculture

Depuis la nuit des temps l'agriculture a occupé une place importante dans notre  pays. Pour autant, il apparaît de plus en plus que nos agriculteurs et nos campagnes sont laissés à l'abandon. Certes l'urbanisation et la mondialisation ont joué un rôle mais l'Etat a également sa part de responsabilité. De par son territoire, la France bénéficie d'un avantage stratégique important qu'elle se doit de mettre en avant. Et cela passe notamment par un soutien massif à une agriculture vivrière et paysanne, à l'opposé même du modèle allemand de regroupement des exploitations en grosses structures agricoles.

 

- Mise en place d'un impôt de citoyenneté payé par tous les Français résidant à l'étranger

Que de dire de particulier sur cette proposition si ce n'est que je l'ai moi-même avancée dans un précédent article il y a de cela quelques mois.

 

- Reconnaissance du vote blanc en contrepartie de l'obligation de voter

Aucune opposition sur le fond dans la mesure où je crois que l'abstention est un fléau pour la démocratie. J'estime d'ailleurs qu'il est normal que chacun s'exprime même si cela consiste à ne pas choisir, d'où la reconnaissance du vote blanc.

Malgré tout, j'ai quelques doutes sur sa mise en œuvre pratique à deux niveaux. Tout d'abord, que fait-on si le vote blanc remporte la majorité des voix ? Ensuite, est-on capable de faire appliquer les sanctions en cas de refus de voter ?

 

- Imposer aux administrations d'acheter français à qualité équivalente

Cela peut sembler évident voire même de bon sens mais dans les faits cela ne se passe pas vraiment comme ça. Pour preuve, récemment la Poste a décidé d'acheter des scooters taïwanais en lieu et place de ceux de Peugeot.

Comment peut-on d'un côté promouvoir l'emploi en France et de l'autre encourager les délocalisations en contribuant à la course au moins-disant social ?

 

- Autoriser le téléchargement en abrogeant la loi Hadopi

Aujourd'hui il est clair que les moyens d'accès à la culture ont grandement évolué. Ainsi internet est devenu un canal privilégié permettant d'accéder de chez soi à de la musique, des films ... de manière gratuite et illégale.

Face à ce phénomène, deux comportements sont possibles et s'opposent : soit la tentative désespérée afin de l'endiguer. Cela est évidemment vain puisque les pirates sont nettement plus réactifs que les Etats. Le problème étant que cette guerre perdue d'avance conduit à un contrôle accru du net avec les dérives que l'on peut aisément imaginer (cf traité ACTA).

Soit l'acceptation de cet état de fait et la recherche de compromis visant à satisfaire tout le monde ou tout du moins à ne léser personne. C'est  cette solution qu'a choisi Nicolas Dupont-Aignan en défendant la licence globale. Ainsi, chacun serait libre de télécharger librement en contrepartie du paiement d'un forfait. En fait, cela revient seulement à déployer à grande échelle le système actuel du téléchargement légal.

 

Contrairement à d'autres programmes, mais ce n'est pas une surprise pour moi, le projet présidentiel de Nicolas Dupont-Aignan est nettement plus en phase avec mes aspirations. Pour autant, il existe quelques ombres au tableau.

Tout d'abord, je regrette que la question des salaires n'ait pas été franchement abordée. En clair, je m'attendais à ce que le président de Debout la République s'attarde davantage sur le sujet et propose même une revalorisation du SMIC et des minimas sociaux.

Ensuite, je suis quelque peu dubitatif sur les hypothèses de croissance (3 % à partir de 2013) et d'inflation (3 % sur 2012 et 2013 puis 2 % entre 2014 et 2017).

Enfin, je regrette une certaine frilosité au niveau de la fiscalité.

Pour autant, ces divergences sont assez minimes en comparaison des points d'accord. D'autant plus qu'il est quasiment impossible d'être d'accord à 100 % avec un programme, à moins de présenter le sien. Voilà pourquoi il est très probable que j'accorde ma voix à Dupont-Aignan à l'occasion de l'élection présidentielle.

Partager cet article
Repost0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 18:01

A plusieurs reprises sur ce blog, et notamment dans cet article, j'ai exprimé une certaine sympathie entre Jean-Luc Mélenchon et le Front de Gauche. En effet, son positionnement politique et sa démarche de rassemblement me semble intéressants et il est vrai que certaines de ses idées me plaisent assez. De plus, ses qualités de tribun ne sont pas pour me déplaire.

En revanche, et je le redis ici, quelques éléments me rebutent chez Mélenchon. Je pense notamment avec son combat perpétuel contre les journalistes, son trop grand internationalisme ou encore sa violence verbale démesurée.

J'ajoute également, qu'à gauche, le président du Parti de Gauche est le candidat le plus séduisant et qu'il n'est pas impossible que je vote pour lui, à défaut de mieux.

 

Mais je ne vais pas m'étendre plus longuement sur le cas du camarade Jean-Luc puisque ce n'est pas le propos. Si j'ai décidé d'écrire aujourd'hui, c'est suite à une information qui circulait sur les réseaux sociaux et que j'ai finalement retrouvée sur ce blog et même en vidéo ou sur le site de RTL

Pour résumer brièvement, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République et candidat à l'élection présidentielle, s'est fait injurier ("sale raciste", "nazi") et chasser d'une manifestation de soutien au peuple grec organisée devant l'ambassade de Grèce à Paris. Ainsi, les militants du Front de Gauche ou du NPA, qui se veulent humanistes, généreux, tolérants ..., se sont comportés comme des sauvages sans aucune éducation. Pire, une escorte de CRS a été nécessaire pour évacuer le leader gaulliste.

 

Disons le clairement, un tel comportement est tout simplement inacceptable et doit être condamner, je crois,  par Jean-Luc Mélenchon. En effet, il s'agissait d'une manifestation sur la voie publique donc chacun peut librement y participer. De plus, cette réaction est assez incompréhensible dans la mesure où Nicolas Dupont-Aignan est à la pointe sur ses sujets. De fait, il s'est rendu à Athènes il y a quelques mois pour exprimer son soutien aux grecs et avait annoncé depuis le début de l'année 2010 la catastrophe à venir. Il est donc étrange que celui-ci soit rejeté par ceux qui sont censés défendre la même cause.

 

Pour autant, un tel comportement est-il si surprenant ? Je ne le crois pas en réalité. Alors bien sûr il ne faut pas généraliser et tous les militants et sympathisants de gauche ne sont pas pareils. Malgré tout, ce genre de choses est plus fréquent qu'on ne le pense. Ainsi, il n'est pas rare de constater un tel phénomène d'ostracisme envers celui qui n'est pas de "gôche". D'ailleurs, Mélenchon adopte également un tel positionnement en se revendiquant sans cesse de "gôche", comme si cela était une vertu. Cela le conduit alors à se rapprocher petit à petit de François Hollande par pur esprit de clan alors même que les deux hommes n'ont que peu de choses en commun.

 

Et je crois que c'est là un des plus gros défauts de la gauche et plus particulièrement de la gauche de la gauche. Ces derniers n'ont pas encore compris que le clivage gauche/droite est devenu secondaire et qu'il faut donc le dépasser. Ce n'est pas en restant entre soi et en faisant preuve de sectarisme comme le fait le Front de Gauche que la situation va s'améliorer, bien au contraire. Il me semble qu'il existe des problèmes bien plus importants que de savoir qui est de "gôche" et qui ne l'est pas.

 

Certes Nicolas Dupont-Aignan ne se définit pas comme de quelqu'un de gauche, certes il a été plusieurs années à l'UMP. Et alors ? Lisez son programme, écoutez ses interventions et vous verrez que celui-ci est bien plus social que François Hollande, le candidat de la principale force politique de gauche.

 

Arrêtons de jeter l'anathème sur les individus car ce n'est pas en divisant les gens que l'on va pouvoir changer les choses. Au contraire, c'est bien par le rassemblement de tous, sur la base d'idées claires et précises que nous pourrons avancer. Or malgré les apparences, ce n'est pas le chemin que semble emprunter le Front de Gauche.

 

Pour finir, je voulais simplement rappeler qu'après la seconde guerre mondiale, le Conseil Nationale de la Résistance a rassemblé des gaullistes, bien évidemment, mais aussi des communistes. Car à cette époque l'intérêt général et le sort de la France importaient bien plus que de simples considérations politiciennes.

Il serait donc bien, vu la situation actuelle, que certains ne l'oublient pas.

Partager cet article
Repost0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 16:58

S'il est un pays où les tragédies font parties intégrantes de l'Histoire c'est bien la Grèce. Après Andromaque, Antigone ou encore Phèdre, c'est bien une nouvelle page qui est actuellement en train de s'écrire.

 

Autrefois berceau de la démocratie, la Grèce est aujourd'hui, ironie de l'histoire, le lieu où s'installe progressivement une dictature. Dictature des marchés financiers bien sûr mais aussi dictature de l'Union Européenne qui, après avoir contribué au renversement du gouvernement de l'époque, met tout en œuvre pour imposer sa volonté.

 

Austérité, rigueur, coupes budgétaires, voilà à quoi se résume le rêve européen en Grèce. L'idéal de paix promu jadis par les élites s'est rapidement transformé en combat pour le libre-échange et a abouti en cauchemar éveillé pour la population. L'Union Européenne qui se voulait le progrès se révèle être, en réalité, une immense régression politique et économique.

 

Récemment encore, cette europe que l'on aime tant a posé un ultimatum au gouvernement grec : pour continuer à bénéficier des fonds européens (en fait de l'argent des contribuables) il va falloir trouver 325 millions d'euros d'économies budgétaires en moins d'une semaine.

 

Une nouvelle fois l'UE, avec l'Allemagne en tête, impose à la Grèce de saigner encore un peu plus son peuple pour sauver des banques privées. Cela n'est évidemment pas une première dans la mesure où les premiers "plans de sauvetage" ont vu le jour il y a plus d'un an. Pour autant, il apparaît clairement que la situation ne fait que se dégrader, le remède semblant être pire que le mal.

 

Pour preuve, le reportage de Maria Malagardis pour le journal Libération. A la lecture de cet article, on peut se demander si l'on parle bien de la Grèce tant il pourrait s'agir d'un pays pauvre d'Afrique. Malheureusement, cela n'est que la triste réalité des faits. Une vérité que les médias se gardent bien de nous montrer pour éviter toute révolte contre cette europe qui a contribué à "tiers-mondiser" les nations qui la composent.

 

Alors bien sûr certains me diront que la Grèce mérite son sort. Qu'elle est responsable de cette situation puisqu'elle a triché ... D'autres ajouteront que le travail au noir ou la fraude fiscale n'ont en rien arrangé les choses. Je suis d'accord avec tout cela. Qui ne le serait pas ?

Malgré tout, je crois qu'il est nécessaire de faire la part des choses. Certes la Grèce connaît des problèmes structurels et des réformes doivent être engagées, c'est indéniable. Mais alors pourquoi ne pas le faire puisque tout le monde s'entend là dessus ?

 

Par ailleurs, il ne faut pas oublier qui sont les vrais responsables de la crise grecque, chose que l'on fait un peu trop souvent. C'est bien le gouvernement de droite de l'époque, main dans la main avec Goldman Sachs, qui ont magouillé. Or personne ne leur demande de rendre des comptes. Pire, trois anciens de cette même banque occupent aujourd'hui des postes de premier plan au niveau européen. Mario Draghi à la BCE, Mario Monti en Italie et Loukas Papademos, c'est un comble, en Grèce.

Et plutôt que de faire payer ces gens là, ce qui serait la moindre des choses, on préfère sacrifier le peuple grec sur l'autel de la finance.

 

Et je n'exagère en aucune manière ! A mon grand regret d'ailleurs. Lisez l'article de Libération, fouillez sur internet et vous verrez que je dis vrai. Vous verrez que le peuple grec souffre, que les conditions de vie se dégradent et que la situation empire.

 

Bien que le tableau dressé soit noir au possible, il ne faut pas perdre espoir. Au contraire, je suis persuadé que rien n'est perdu. Depuis que le monde est monde nos pays ont connu de graves crises. Et à chaque fois, nous nous sommes relevés. Cette nouvelle crise n'est pas une fatalité. Il ne s'agit que d'un obstacle de plus à franchir, comme nous l'avons fait à maintes reprises dans le passé. Mais cela suppose d'affronter l'adversité et de résister face à ceux qui veulent nous aliéner.

 

Comme en 1789 ou en 1940, nous devons relever la tête et lutter au nom de nos idéaux. Si nous avons pu le faire hier, nous pourrons le faire demain. Certes l'adversaire a changé et ses méthodes sont différentes. Pour autant, l'esprit du combat reste le même et nous sommes capables de triompher.

 

La guerre n'est plus militaire mais bien financière. C'est donc avec des armes économiques que nous devons nous défendre. Taxe Tobin, protectionnisme, monétisation de la dette, sortie de l'euro ... Voila le type de ripostes qu'il faut opérer.

 

L'Union européenne est aujourd'hui complètement soumise aux marchés financiers. Nous ne devons donc rien attendre de sa part. C'est bien des nations et des peuples souverains que viendra le salut.

 

Voila pourquoi il est impératif que chacun se mobilise à son niveau et prenne sa part de responsabilité dans cette lutte. Je crois d'ailleurs qu'il est grand temps pour moi d'aller plus loin que le simple confort de l'écriture ...

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 09:18

Et pour finir, les débats du dimanche

 

 - Y-a-t-il une gauche moderne ?

Cécile Pavageau (membre des Gracques) - Guillaume Hannezo (membre des Gracques) - Bernard Spitz (membre des Gracques) - Modérateur : Nicolas Demorand (Libération)

De ce débat, assez décevant puisque sans réel débat au final, est ressortie une définition de la gauche moderne : il s'agirait d'une gauche réaliste qui peut gagner deux élections de suite en s'appuyant sur son bilan. On est bien avancé ça. Pas de développement des valeurs ni des propositions prônées par cette fameuse gauche moderne. Mais des exemples de leaders étrangers de cette gauche moderne : Bill Clinton, Gordon Brown, José Luis Zapatero, Gerhard Schröder.  

En somme, et c'est à mon sens ce qui ressort des propos des intervenants, une gauche moderne est une gauche social-démocrate, une gauche qui accepte, au moins dans les faits, la domination des marchés financiers, une gauche de gestion et non plus de transformation. Bref, la gauche moderne c'est François Hollande, c'est Dominique Strauss-Kahn ... c'est une gauche qui n'est plus vraiment de gauche en réalité et qui tend à se recentrer voire à se libéraliser.

Je profite d'ailleurs de l'occasion pour rappeler une citation du général de Gaulle qui disait : "je n'aime pas les socialistes car ils ne sont pas socialistes". Et je crois que cette phrase est encore d'actualité aujourd'hui tant le PS a oublié, je crois, ce qu'il est, tant le programme de son candidat est frileux. Pour moi, et malgré ce que certains disent, le PS ne s'inscrit plus tout à fait dans la tradition historique de la gauche française dans la mesure où il a mis de côté cette volonté de transformation de la société. Je le redis à nouveau mais selon moi Mélenchon, avec tous ses défauts, incarne davantage la gauche traditionnelle, en particulier de par ses positions populistes, au sens noble du terme.

 

 - Une nouvelle lutte des classes ?

Dominique Voynet (maire EELV de Montreuil) - Stéphane Beaud (sociologue) - Francis Parny (conseiller régional et conseiller municipal PCF) - Modérateur : Maurice Szafran (Marianne)

D'après les participants, l'opposition capital/travail persiste. Malgré tout, il apparaît une recomposition des différentes classes, et en particulier un renouvellement de la bourgeoisie avec l'émergence des financiers et autres traders. Parallèlement à ce phénomène, on constate également l'apparition, relativement contemporaine, d'une lutte intra-classe entre des individus ayant des aspirations différentes.

Je crois effectivement que ces constats sont tout à fait justes. S'agissant notamment de l'hétérogénéité des classes, il est vrai que la vague de désindustrialisation que connaît notre pays contribue à désagréger la classe ouvrière. En outre, il est indéniable que la notion même de classe moyenne doit être sujette à caution tant elle recouvre des réalités différentes. Ainsi, le temps où chaque classe avait des revendications communes est clairement révolu et la montée en puissance de l'individualisme, couplée avec la faiblesse des syndicats, ne fait qu'accentuer cet état de fait.

Je ne crois pas, pour autant, que la lutte des classes est dépassée. Au contraire, je pense que celle-ci retrouve une seconde jeunesse tout en ayant évoluée et que nous devons, dans une certaine mesure, l'encourager. En effet, ce n'est que par le regroupement et l'union mais aussi par le combat collectif que les avancées sociales se sont faites, se font et se feront. Aujourd'hui, les classes populaires, au sens large du terme, ont tout intérêt à se serrer les coudes pour faire face au grand capital, comme disait Marx. Car si nous ne le faisons pas, les grands patrons et les financiers s'allient, eux, pour nous mener la vie dure. Il est donc grand temps d'arrêter de se tirer dans les pattes les uns les autres et de s'unir pour la défense de nos intérêts. Car notre division ne fait le jeu que d'un seul, celui de nos adversaires.

 

- Revenu minimal, revenu moral ?

Robert Castel (sociologue) - Christophe Deltombe (président d'Emmaüs France) - Modérateur : Philippe Douroux (Libération)

Finalement renommé en "revenu maximum, revenu minimum", ce débat n'en était pas moins intéressant. Pour autant, j'ai trouvé que l'accent avait été trop mis sur le revenu minimum et que la question du revenu maximum n'avait pas été suffisamment creusée.

Quelques éléments que j'ai retenus, avant d'aller plus loin, en particulier en provenance de Robert Castel. En premier lieu, celui-ci considère qu'il n'est pas anormal qu'un cadre gagne plus qu'un ouvrier car les individus ne sont pas identiques et interchangeables. De plus, il estime que certaines inégalités sont justifiées et justifiables. Enfin, il a expliqué que le revenu minimum devait être un socle de ressources pour chacun et que le revenu maximum permettait de remettre une certaine cohésion, un consensus social au sein de la société en ramenant les hyper-revenus "sur terre".

Partant de ces postulats que je partage, je développerais néanmoins quelques aspects particuliers. Tout d'abord, je crois qu'il faut bien faire la différence entre salaire, qui provient du travail, et revenu, qui peut avoir des sources diverses. Personnellement, je crois qu'il doit exister à la fois un salaire minimum, en l'occurrence le SMIC, et un revenu minimum. Il s'agirait alors de définir un montant minimal pour toutes les aides versées aux personnes ne travaillant pas ou plus (RSA, retraite ...). L'objectif étant que chacun ait suffisamment de ressources pour vivre décemment. Il est bien évident, et cela est très clair dans mon esprit, que le salaire minimum doit être supérieur au revenu minimum et que ce dernier ne sera pas octroyé de manière inconditionnelle.

S'agissant des niveaux de chacun, c'est-à-dire de leur aspect chiffré, je crois qu'il ne serait pas illogique d'augmenter les minimums sociaux, dans un premier temps en les alignant sur le seuil de pauvreté (environ 960 €) puis, à plus long terme, en les faisant converger sur le niveau su SMIC. Sur ce dernier d'ailleurs, il me semble impératif de lui donner un coup de pouce substantiel. Jean-Luc Mélenchon parle de 1700 € brut ce qui, comme je l'avais expliqué dans un précédent article, ne me semble pas être une hérésie.

Enfin, et cela me permettra de répondre à la question initialement posée, je crois que l'instauration d'un revenu maximum est une nécessité absolue dès lors que l'on souhaite conserver un certain contrat social, comme le décrivait Rousseau. En effet, comment ne pas être choqué que des entreprises licencient des ouvriers, souvent payés au SMIC, alors même que ses dirigeants bénéficient de revenus extravagants ? En cela je rejoins, encore une fois me direz-vous, les thèses du Front de Gauche qui souhaite instaurer un écart de salaire de 1 à 20 dans les entreprises.

Alors on me rétorque souvent que les grands patrons ne sont pas les seuls à être trop payés et on me cite l'exemple des footballeurs. Je suis d'accord, c'est un fait. Mais pour autant, 'est-ce une raison de ne rien faire au niveau des entreprises ? Je ne le crois pas. J'ajoute également que le cas des sportifs mais aussi des chanteurs, des acteurs ... doit également être traité. Mais cela ne passera pas forcément par un revenu maximum. Je crois au contraire que la mise en place d'un impôt sur la nationalité est davantage adaptée à ce cas de figure puisqu'il a le mérite de s'affranchir de l'exil fiscal.

 

Finalement, et je crois que c'est l'idée majeure qui ressort de l'ensemble des 64 débats organisés ce week-end, le changement est possible, des réformes sont envisageables à l'unique condition qu'il existe une réelle volonté politique au sommet de l'Etat. Seul la Politique avec un grand "p" permettra de vraiment redresser notre pays. Mais encore une fois cela suppose que nos dirigeants aient le courage de s'affranchir des tutelles extérieures qui brident notre souveraineté.

En 1967, Charles de Gaulle scandait "vive le Québec libre" lors d'un voyage officiel au Canada. Il me semble grand temps que quelqu'un reprenne ce slogan et l'adapte à notre nation.

Partager cet article
Repost0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 17:33

Le 29 février prochain le film "infidèles" avec Gilles Lellouche et Jean Dujardin sortira en salle. Et avant même sa sortie, ce film fait déjà parler de lui avec une polémique naît autour des affiches du film.

Il est vrai que ces affiches ne sont pas forcément de très bon goût. Encore que, pour ma part, je les trouve très réussies dans la mesure où elles reflètent à merveille l'esprit et le sujet de cette comédie.

 

Pour autant, je peux comprendre que de telles images puissent heurter la sensibilité de certaines personnes. Mais finalement que voyons-nous ? Ces affiches nous suggèrent  un acte sexuel, très certainement adultérin, entre un homme et une femme, le tout sur un ton plutôt humoristique. En somme, il leur est reproché de montrer, ou plutôt d'évoquer, de manière on ne peut plus soft une représentation de fellation et de pénétration. 

 

Quelle horreur, vraiment, c'est une honte. Comment osent-ils faire cela alors que les publicitaires se sentent aujourd'hui obligés, pour la plupart, de mettre en scène des femmes dénudées pour vendre leurs produits ? Comment peut-on autoriser une telle chose alors que l'on tolère les annonces pour les magazines pornographiques devant les tabac-presse ? Non, assurément, cela pose un réel problème pour nos chers bambins qui vont être confrontés à tant de violence sur le chemin de l'école.

 

Plus sérieusement, cette nouvelle polémique est, si j'ose dire, complètement stérile et inappropriée. En effet, il me semble tout à fait stupide de condamner ces affiches, somme toute innocentes, alors même que les images à connotation sexuelle sont omniprésentes dans la vie des gens. Ainsi, il n'est pas une publicité ou un film qui ne joue, d'une manière ou d'une autre, sur ce registre. De plus, la démocratisation d'internet a conduit à accroître les sollicitations, voulues ou non (spam, pop-up ...), et à faciliter l'accès à des contenus à caractère sexuel. Aujourd'hui, il n'a jamais été aussi simple d'accéder à des images pornographiques.

 

Attention, je ne dis pas que cela est une bonne chose et que je cautionne cette évolution. Bien au contraire. Je dis simplement qu'il faut prendre garde à ne pas faire preuve d'une trop grande rigidité à ce niveau là.

Je pense également qu'il faut se méfier de cette forme de puritanisme de type américain qui consiste seulement à "cacher ce sein que je ne saurais voir" tout en faisant abstraction des autres dérives plus problématiques. Autrement dit, et pour reprendre une expression chère à notre président, cela revient à dissimuler la poussière sous le tapis.

 

Par ailleurs, et c'est peut-être là le plus point le plus préoccupant, il me semble que cette campagne de dénigrement contre ces affiches peut, dans une certaine mesure, être appréhendée comme une attaque à la liberté d'expression. En effet, ne peut-on pas considérer qu'il s'agit d'une atteinte à la liberté d'expression et de création des auteurs ? Ne peut-on pas voir cela comme la volonté d'une minorité d'imposer au plus grand nombre sa vision des choses ? A mon sens, je crois que l'on peut puisque pour moi ces affiches ne posent pas de souci particulier.

Il me semble, et je ne suis pas le seul, que depuis quelques années maintenant la liberté d'expression tend à diminuer dans notre pays. Entre autocensure des journalistes et contrôle des médias par des grands groupes industriels, la liberté de la presse paraît en bien mauvaise posture. Voila pourquoi il me semble impératif de réaffirmer cet idéal français qui nous vient de notre Histoire. Voila pourquoi nous devons combattre au quotidien pour que les idées de chacun puissent s'exprimer librement dès lors qu'elles ne sont pas contraires à l'ordre public et aux bonnes mœurs.

 

947563-1122480.jpg

Partager cet article
Repost0