Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 19:44

C'est dimanche soir à 20h00 que les résultats des élections européennes sont tombés. Et pour beaucoup la nouvelle a été catastrophique. Certains ont même parlé de véritable séisme et chacun y est allé de son petit commentaire.

 

Mais de quoi parle-t-on en réalité ? Rien de plus qu'un évènement annoncé depuis longtemps. Un évènement que beaucoup avaient anticipé et que d'autres ont préféré ignorer.

Oui le Front National a remporté les élections européennes en France.

Oui le parti de Marine Le Pen est arrivé en tête dans la plupart des circonscriptions électorales.

Et oui ce résultat était clairement prévisible même si certains, notamment au gouvernement, n'ont pas voulu le voir.

 

Il est facile aujourd'hui de se lamenter sur le score du FN et de jeter l'anathème sur ses électeurs. Mais il serait nettement plus utile et intéressant de s'interroger sur les raisons d'un tel vote. Car la carte du Français xénophobe ne peut à nouveau être abattue.  

 

Le vote Front National est aujourd'hui plus vaste et plus complexe qu'il ne l'était auparavant. Et il revêt dorénavant des réalités sociologiques, économiques et géographiques bien différentes. Dans cette élection, le FN a bénéficié d'un contexte plutôt favorable et s'est appuyé principalement sur trois facteurs : situation économique et financière du pays déplorable, rejet de l'UE et contestation du PS et de l'UMP qui déçoivent chaque jour un peu plus.

 

Cette élection européenne, aux enjeux importants mais aux conséquences indirectes sur notre pays, a donc été le moyen pour les électeurs d'envoyer un message au pouvoir en place. Plus encore que les municipales. Le FN a ainsi pu capitaliser les voix de son propre socle électoral qui s'est mobilisé mais aussi celles des personnes opposées à l'Europe sans oublier évidemment toutes les voix de ceux qui ont "nationalisé" cette élection en votant contre le PS et l'UMP.

 

Comme souvent, le bulletin FN est donc davantage un vote contre qu'un réel vote d'adhésion à une ligne politique, même s'il est vrai que cela tend progressivement à s'inverser. Autrement dit, ce résultat ne conditionne en aucun cas l'issue des prochaines élections et cette victoire aux européennes n'implique pas forcément que les résultats aux autres scrutins seront du même ordre. Rien n'est alors joué d'avance et c'est à nos dirigeants de tenir compte des votes successifs.

 

Mais laissons quelque peu de côté le FN pour s'intéresser aux autres paramètres de ce scrutin. Car au final le FN n'est qu'un élément parmi d'autres.

L'abstention est ainsi une donnée toujours importante. Et contrairement à ce que je pensais, le taux d'abstention n'est pas si catastrophique que cela. Certes 57 % n'est pas un chiffre négligeable mais au vu du contexte national et européen, de la proximité avec les municipales et de la date choisie (fête des mères), on pouvait légitimement s'attendre à une participation bien plus faible. Cela étant, il est clair que l'abstention dans notre pays est un phénomène préoccupant.

 

S'agissant des résultats en eux-mêmes, on ne peut que constater que le PS (13,98 %) et l'UMP (20,79 %) engrangent des scores relativement faibles, ce qui me semble être une juste récompense pour l'ensemble de leur œuvre. Copé a beau additionner les résultats de l'UMP et de l'UDI-Modem pour passer artificiellement en tête, les résultats des partis de gouvernement traduisent un désaveu des Français.

 

Si le FN a bénéficié à plein de cette élection, il en est tout autrement pour le Front de Gauche qui réalise un score assez décevant avec 6,34 %. Bien qu'en pointe sur la lutte contre l'austérité et le traité transatlantique, le Front de Gauche n'a pas obtenu le résultat qu'il méritait. On peut penser que le manque de clarté dans le discours (position sur l'euro notamment) et les divisions passées à l'occasion des municipales ont pesé dans la balance. Sans parler du fait que l'électorat ouvrier visé se positionne davantage en faveur du Front National.

 

Parallèlement aux six forces traditionnelles qui trustent le haut du tableau (FN, UMP, PS, UDI-Modem, Europe-Écologie, Front de Gauche), on voit se développer dans ce scrutin deux "petits partis" portant tous deux une alternative et qui ont réalisé des scores plus qu'honorables au vu des leurs moyens. Je parle évidemment de Debout la République (3,82 %) et Nouvelle Donne (2,90 %). Bien sûr ces mouvements n'ont aucun élu au Parlement Européen et bien sûr ces résultats sont plutôt faibles. Mais il me semble important malgré tout de constater que ces partis ont nettement progressé par rapport aux dernières échéances électorales, à la fois en valeurs relative et absolue. Il sera alors intéressant de suivre l'évolution de ces partis lors des prochains scrutins.

 

Alors que retenir de ces élections ? Au final pas grand chose dans la mesure où tout était plus ou moins couru d'avance.

Au niveau national, on remarque une progression du FN en pourcentage mais pas forcément en nombre de voix. Ainsi que l'affaiblissement croissant des deux principaux partis de notre pays.

Au niveau européen, car il ne faut pas oublier que c'est de cela dont on parle, les conservateurs emportent la première place avec une courte majorité sur les sociaux démocrates. Bien que l'extrême-droite et les eurosceptiques progressent fortement par rapport à la précédente mandature, il est clair que le PPE et le PSE continueront à gouverner main dans la main. Bref, rien de nouveau sous le soleil d'Europe …

Capture

Partager cet article
Repost0

commentaires